Interpellations

Dérogations pour les insecticides tueurs d’abeilles: c'est inacceptable!

Terminé

Dates de l'interpellation

  • Du
  • au
  • 3 Interpellables
  • 4842 Interpellations
  • Gouvernement

Contexte

POUR INTERPELLER VOS PARLEMENTAIRES RENDEZ-VOUS ICI: https://shaketonpolitique.org/interpellations/stop-neonicotinoide-parlementaires/


Fin juillet notre association s’insurgeait contre l’attitude de quatre vice-présidents élus dans des régions betteravières (Hauts-de-France, Grand Est, Ile-de-France et Normandie) qui s’exprimaient aux côtés de plusieurs représentants de la CGB (planteurs de betteraves) lors d’une conférence de presse le 29 juillet 2020, demandant à retoucher à la loi pour permettre, par dérogation, l’usage des néonicotinoïdes en protection de semences .

Force est de constater que notre colère face à la pression des betteraviers était légitime car nous venons d’apprendre que le ministère de l’Agriculture va accorder des dérogations permettant d’utiliser des néonicotinoïdes sur cette culture. Le Ministère a annoncé le 6 aout (en plein coeur de l'été...) une modification législative cet automne pour permettre explicitement, pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus, le recours à l’article 53 du règlement européen n°1107/2009 pour pouvoir prendre au moment des semis une dérogation de 120 jours pour les semences enrobées.

Objectifs

Nous ne pouvons pas admettre que l’on revienne à l’utilisation de ces insecticides en enrobage de semence car cela revient à traiter à priori les cultures de betterave, ce qui constitue le degré zéro de l’agronomie, alors que la Directive européenne sur l’utilisation des pesticides préconise ‘la lutte intégrée contre les ravageurs’, ce qui sous-entend que le traitement chimique ne doit intervenir qu’en dernier recours et non pas avant même l‘apparition d’un ravageur !

Nous demandons que le gouvernement revienne sur cette décision et n'accorde pas cette dérogation !

Des présidents de région et des betteraviers demandent au gouvernement la possibilité d'utiliser des néonicotinoides
Le ministère de l'Agriculture accède à la demande des betteraviers!
Interpellez les ministres pour leur demander de ne pas prendre ces dérogations!
Proposition d'arrêté du ministère permettant d'introduire la dérogation
Date précédente
Date suivante

Le gouvernement veut donner l'autorisation aux betteraviers d'utiliser des néonicotinoides (insecticides tueurs d'abeilles)

POUR INTERPELLER VOS PARLEMENTAIRES RENDEZ-VOUS ICI: https://shaketonpolitique.org/interpellations/stop-neonicotinoide-parlementaires/

 

 

 

Face à la pression du lobby des betteraves le ministère de l’Agriculture va accorder des dérogations permettant d’utiliser des néonicotinoïdes sur cette culture. Le Ministère annonce une modification législative cet automne pour permettre explicitement, pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus, le recours à l’article 53 du règlement européen n°1107/2009 pour pouvoir prendre au moment des semis une dérogation de 120 jours pour les semences enrobées.

Ce que nous voulons

POUR INTERPELLER VOS PARLEMENTAIRES RENDEZ-VOUS ICI: https://shaketonpolitique.org/interpellations/stop-neonicotinoide-parlementaires/

 

Générations Futures est scandalisée par cette décision ministérielle qui constitue un recul important du gouvernement sur la question de ces insecticides ‘tueurs d’abeilles’. Cette décision est d’autant plus inacceptable pour l’association qu’il existe d’autres produits[1] homologués pour lutter contre le puceron de la betterave pour laquelle l’ANSES admettait dans un avis sur les néonicotinoides de 2018 qu’il n’y avait pas d’impasse[2] technique pour cette culture.

Pour rappel, ces substances parce qu’elles sont néfastes pour l’environnement (particulièrement les pollinisateurs, même longtemps après leur utilisation) ont été interdites en France par la Loi Biodiversité de 2016, interdiction étendue aux produits ayant le même mode d’action par la loi issue des Etats Généraux de l’Alimentation et grâce à la pression citoyenne (recours juridiques victorieux notamment de Générations Futures et du syndicat apicole UNAF).

Plutôt que de se battre pour que l’Europe fasse réellement appliquer ses décisions d’interdiction des principaux néonicotinoïdes et les étendent à toutes les substances de cette famille, c’est la biodiversité qui est sacrifiée sur l’autel d’une agriculture toujours plus industrielle. Nous ne pouvons pas admettre que l’on revienne à l’utilisation de ces insecticides en enrobage de semence car cela revient à traiter à priori les cultures de betterave, ce qui constitue le degré zéro de l’agronomie, alors que la Directive européenne sur l’utilisation des pesticides préconise ‘la lutte intégrée contre les ravageurs’, ce qui sous-entend que le traitement chimique ne doit intervenir qu’en dernier recours et non pas avant même l‘apparition d’un ravageur !

Le gouvernement doit donc retirer cette dérogation et au plus vite!

[1] Voir par exemple : https://ephy.anses.fr/ppp/afikill

[2] Voir : https://www.anses.fr/fr/content/risques-et-b%C3%A9n%C3%A9fices-des-produits-phytopharmaceutiques-%C3%A0-base-de-n%C3%A9onicotino%C3%AFdes-et-de-leurs

  • POUR INTERPELLER VOS PARLEMENTAIRES RENDEZ-VOUS ICI: https://shaketonpolitique.org/interpellations/stop-neonicotinoide-parlementaires/

     

    Générations Futures est scandalisée par cette décision ministérielle qui constitue un recul important du gouvernement sur la question de ces insecticides ‘tueurs d’abeilles’. Cette décision est d’autant plus inacceptable pour l’association qu’il existe d’autres produits[1] homologués pour lutter contre le puceron de la betterave pour laquelle l’ANSES admettait dans un avis sur les néonicotinoides de 2018 qu’il n’y avait pas d’impasse[2] technique pour cette culture.

    Pour rappel, ces substances parce qu’elles sont néfastes pour l’environnement (particulièrement les pollinisateurs, même longtemps après leur utilisation) ont été interdites en France par la Loi Biodiversité de 2016, interdiction étendue aux produits ayant le même mode d’action par la loi issue des Etats Généraux de l’Alimentation et grâce à la pression citoyenne (recours juridiques victorieux notamment de Générations Futures et du syndicat apicole UNAF).

    Plutôt que de se battre pour que l’Europe fasse réellement appliquer ses décisions d’interdiction des principaux néonicotinoïdes et les étendent à toutes les substances de cette famille, c’est la biodiversité qui est sacrifiée sur l’autel d’une agriculture toujours plus industrielle. Nous ne pouvons pas admettre que l’on revienne à l’utilisation de ces insecticides en enrobage de semence car cela revient à traiter à priori les cultures de betterave, ce qui constitue le degré zéro de l’agronomie, alors que la Directive européenne sur l’utilisation des pesticides préconise ‘la lutte intégrée contre les ravageurs’, ce qui sous-entend que le traitement chimique ne doit intervenir qu’en dernier recours et non pas avant même l‘apparition d’un ravageur !

    Le gouvernement doit donc retirer cette dérogation et au plus vite!

    [1] Voir par exemple : https://ephy.anses.fr/ppp/afikill

    [2] Voir : https://www.anses.fr/fr/content/risques-et-b%C3%A9n%C3%A9fices-des-produits-phytopharmaceutiques-%C3%A0-base-de-n%C3%A9onicotino%C3%AFdes-et-de-leurs

  • étape 1
  • étape 2
  • étape 1
  • étape 2

Merci d'avoir pris le temps d'interpeller vos élus

Shake ton politique compte sur vous

Interpeller par email

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie