Interpellations

Votons lors des législatives pour des personnes qui font de la santé environnementale un sujet majeur !

Terminé

Dates de l'interpellation

  • Du
  • au
  • 45 Interpellables
  • 1 363 Interpellations
  • Candidat.es 2nd tour des législatives

Contexte

Les législatives sont un temps clé de la vie électorale française. Les députés élus lors de cette élection - et qui siégeront à l’Assemblée nationale - peuvent proposer des lois, déposer des amendements mais aussi faire basculer des politiques gouvernementales. Si la nomination du Premier ministre est un pouvoir propre du président de la République défini à l'article 8 de la Constitution, ce pouvoir peut-être “contrarié” en fonction de la majorité parlementaire ! Ce qui n’est pas rien !

Il est primordial de se mobiliser pour mettre au cœur des législatives la santé environnementale, une transition agricole durable et la lutte contre les pesticides et polluants chimiques qui impactent la vie de tous les français et françaises. Et pour ce faire, les candidats et candidates doivent faire ce que nous attendons d’elles et d’eux sur ces sujets s’ils ou elles veulent que nous les élisions à l’Assemblée nationale!

Dans un souci d'efficacité, nous avons ciblé dans cette interpellation les candidats et candidates qui sont les plus impliqués dans les instances dirigeantes des partis, qui semblent les plus “sensibles” à nos sujets, qui - une fois élu.es - risquent de s’impliquer dans les Commissions en charge des questions environnementales, agricoles ou sanitaires.

Objectifs

Nous attendons que les candidats et candidates aux législatives fassent de la santé environnementale un enjeu majeur du quinquennat en prenant des mesures fortes sur ces sujets: en finir avec les pesticides dangereux, les OGM, promotion de la bio, etc.

Les nouveaux ministres de l'Agriculture, Marc Fesneau, et de la Transition Ecologique, Amélie de Montchalin, se présentent aux législatives 2022. Néanmoins, on a déjà un aperçu de leur positionnement sur le glyphosate. En 2018, lors de la deuxième lecture de l'amendement qui visait à l'interdiction du glyphosate, les deux ont voté contre. En témoigne ces articles de France 3* et de Libération** qui ont recensé les votants du vote public. Ce geste en dit long sur la future politique des ministères et des députés candidats... Interpellez-les pour mettre en avant des recommandations respectueuses de l'Homme, de l'environnement et de la biodiversité !

* https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/interdiction-du-glyphosate-comment-ont-vote-vos-deputes-du-centre-val-loire-1484987.html
** https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/17/quel-depute-a-vote-pour-ou-contre-l-interdiction-du-glyphosate_1679273/
Première période d'interpellation
Clôture de la période de dépôt des candidatures
Lancement officiel de la campagne
Clôture de la campagne du premier tour
Premier tour
Seconde période d'interpellation
Second tour
Première séance de l'Assemblée élue
Date précédente
Date suivante

Ce que propose le gouvernement

Le premier quinquennat d’Emmanuel Macron a été décevant, et a parfois même représenté un certain recul sur les thématiques des polluants chimiques, de la transition agricole et de la santé environnementale. Générations Futures avait dépeint le tableau dans son bilan. Les reculs et les promesses non tenues ne font que ralentir l’accompagnement et les changements de pratiques des agriculteurs vers une agriculture durable, respectueuse de leur santé, de celles des riverains et des consommateurs mais aussi de l’environnement. Les « non » décisions du gouvernement sur les zones non traitées (ZNT) et le manque de prise en compte des injonctions du Conseil d’État sur le glyphosate ou les néonicotinoïdes en sont les plus criantes illustrations. La troisième révolution agricole vantée par E. Macron et J. Denormandie – qui repose sur le triptyque « robotique, numérique, biotechnologique » – ne permettra pas de réformer notre système agricole pour mieux rémunérer les agriculteurs et les accompagner dans un changement de fond. 

Nous complétons ce bilan par une analyse des votes publics à l’Assemblée Nationale sur nos thématiques sous le quinquennat d’E. Macron. Au regard des graphiques qui illustrent les votes des députés, notamment lors du projet de loi EGALIM, c’est ces derniers qui ont été majoritairement contre des mesures de protection des riverains, de réglementation des substances dangereuses, de l’interdiction du glyphosate ou encore de la mise en place d’un étiquetage alimentaire détaillé.

Ce que nous voulons

Nous attendons des candidats d’être engageants en matière de santé environnementale et de transition agricole. Aussi, de porter haut l’expertise de la société civile et des habitants qui vivent les conséquences des politiques votées à l’Assemblée Nationale. 

Pour cela, nous attendons que les candidats agissent, a minima, en faveur de ces 10 mesures : 

  • Interdire définitivement le glyphosate, les SDHi et les néonicotinoïdes et autres substances dangereuses de type CMR (Cancérigènes, des Mutagènes ou des Reprotoxiques).
  • Interdire les OGM (importés également) et nouveaux OGM (NBT)
  • Rendre obligatoire un affichage environnemental de l’alimentation ambitieux ainsi qu’un pictogramme sur les objets du quotidien susceptibles de contenir des CMR et/ou des Perturbateurs Endocriniens.
  • Revoir le Plan Stratégique National (PSN) dans le but de soutenir réellement l’agriculture biologique.
  • Doter la France d’une loi-cadre ambitieuse en matière de santé environnementale pour répondre à l’urgence sanitaire et environnementale.
  • Mettre en place une réelle stratégie de sortie des pesticides basée sur une révision en profondeur Ecophyto 2+.
  • Mettre en œuvre une révision du système des évaluations et homologation des substances et produits chimiques en s’attaquant aux carences comme la non prise en compte de toutes les études scientifiques, non évaluation des effets cocktails, faiblesse de certains tests, etc.
  • Mettre en place de réelles mesures de sécurité efficaces pour les riverains et travailleurs exposés aux pesticides à travers des zones non traitées (ZNT) de 100 mètres, mise à disposition d’une information complète (heures, jours, types de produits) et accessible à tous sur les pulvérisations de pesticides, ainsi qu’un affichage sur les zones traitées.
  • Interdire les PFAS dans les emballages alimentaires et tous les biens de consommation courants qui en contiennent. Interdire également le formaldéhyde dans tous les objets du quotidien auxquels pourraient être exposées des populations vulnérables.
  • Revenir à une gouvernance équilibrée et partagée de type Grenelle dans le cadre des divers comités publics.

Pour plus de détails lire nos recommandations complètes

  • Nous attendons des candidats d’être engageants en matière de santé environnementale et de transition agricole. Aussi, de porter haut l’expertise de la société civile et des habitants qui vivent les conséquences des politiques votées à l’Assemblée Nationale. 

    Pour cela, nous attendons que les candidats agissent, a minima, en faveur de ces 10 mesures : 

    • Interdire définitivement le glyphosate, les SDHi et les néonicotinoïdes et autres substances dangereuses de type CMR (Cancérigènes, des Mutagènes ou des Reprotoxiques).
    • Interdire les OGM (importés également) et nouveaux OGM (NBT)
    • Rendre obligatoire un affichage environnemental de l’alimentation ambitieux ainsi qu’un pictogramme sur les objets du quotidien susceptibles de contenir des CMR et/ou des Perturbateurs Endocriniens.
    • Revoir le Plan Stratégique National (PSN) dans le but de soutenir réellement l’agriculture biologique.
    • Doter la France d’une loi-cadre ambitieuse en matière de santé environnementale pour répondre à l’urgence sanitaire et environnementale.
    • Mettre en place une réelle stratégie de sortie des pesticides basée sur une révision en profondeur Ecophyto 2+.
    • Mettre en œuvre une révision du système des évaluations et homologation des substances et produits chimiques en s’attaquant aux carences comme la non prise en compte de toutes les études scientifiques, non évaluation des effets cocktails, faiblesse de certains tests, etc.
    • Mettre en place de réelles mesures de sécurité efficaces pour les riverains et travailleurs exposés aux pesticides à travers des zones non traitées (ZNT) de 100 mètres, mise à disposition d’une information complète (heures, jours, types de produits) et accessible à tous sur les pulvérisations de pesticides, ainsi qu’un affichage sur les zones traitées.
    • Interdire les PFAS dans les emballages alimentaires et tous les biens de consommation courants qui en contiennent. Interdire également le formaldéhyde dans tous les objets du quotidien auxquels pourraient être exposées des populations vulnérables.
    • Revenir à une gouvernance équilibrée et partagée de type Grenelle dans le cadre des divers comités publics.

    Pour plus de détails lire nos recommandations complètes

  • étape 1
  • étape 2
  • étape 3
  • étape 1
  • étape 2
  • étape 3

Vous avez participé à l'interpellation ? Dites le nous :

En complétant ce formulaire, vous acceptez que Shake ton politique, responsable de traitement, traite vos données personnelles pour vous permettre de recevoir des informations et actualités. Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de protection de vos données personnelles : mentions légales

  • étape 1
  • étape 2
  • étape 3

Merci d'avoir pris le temps d'interpeller vos élus

Shake ton politique compte sur vous

Interpeller par email

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie

Interpeller par email

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie

Interpeller par email

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie

*Si vous n'avez pas d'outil de mail de configuré, veuillez copier le destinataire, le sujet et le texte dans votre outil de messagerie